Sunday, 22 October 2017 | Login
×

Error

Cannot retrive forecast data in module "mod_sp_weather".

Interdiction de rouler au-delà de 19 heures : ‘‘Wewa’’ et agents de l’ordre se disputent les minutes et les secondes !

Interdiction de rouler au-delà de 19 heures : ‘‘Wewa’’ et agents de l’ordre se disputent les minutes et les secondes !

Le vocable mille montres, mille heures usuellement admis dans l’opinion, traduit et nuance les différences d’heures que peuvent afficher divers montres.

Cette expression est à considérer, ici,  dans un contexte particulier. Celui de la controverse  qui s’observe à présent à travers la ville de Kinshasa entre, d’une part, les conducteurs des motos et, d’autre part, des agents de l’ordre. C’est depuis peu que les conducteurs des motos, les «wewa» dans le jargon kinois, ont été interdis de conduire au-delà de 19 heures sur les artères de la ville-province de Kinshasa. Interdiction faite par le premier citoyen de la ville, le gouverneur André Kimbuta Yango.  C’est avec promptitude que la police nationale est passée à l’exécution du mot d’ordre qui fait désormais office de loi. Cependant, l’application de la dite loi est sujette à problème. Lequel ? Ce qu’il y a bien mille montres et mille heures. Cet état de chose crée des malentendus gigantesques parfois lors des interpellations des motards par les policiers à des heures sujettes à discutions. Interrogés par les fins limiers de La Prospérité sur cette problématique, des motards fustigent l’attitude de certains policiers dans quelques coins de la capitale très fréquentés. A savoir que ces agents de l’ordre organisent une véritable chasse à l’homme. Et ce, dès les premières secondes du coucher du soleil. Ils poursuivent en disant que ces agents les  arrêtent déjà à partir de 18 heures, et même 17 heures, heure de Kinshasa. Enfin de compte, ils s’étonnent de voir qu’il fait toujours 19 heures ou plus aux montres dédits agents.

 

Contactés, certains agents de l’ordre renseignent qu’ils ne veillent qu’à l’application de la loi et n’attribuent le décalage d’heures qu’à la mauvaise foi de certains motards qui pensent montrer leurs montres après arrestation pour continuer la route, ainsi, par un tour de passe. Ils fustigent, pour leur part, l’attitude de certains wewa qui continuent d’arpenter les rues de Kinshasa bien au-delà de l’heure prescrite par le gouvernement provincial. Cela cause parfois des courses poursuites qui mettent la vie des citoyens, passagers ou piétons en danger. Faudra-t-il synchroniser les montres des agents et ‘‘wewa’’ ?   La question est posée. Qui dit mieux !

 

Danny Ngubaa

 

About Author